arrow_downward
arrow_upward

Partie I: Foreground

videocam 10.03.21, 19:00

Partie II: Territories

videocam 17.03.21, 19:00

Partie III : Resistance

videocam 24.03.21, 19:00

Partie IV: A Possible Toolkit

videocam 31.03.21, 19:30

A Common Breath

notifications 10.03-03.04.21

Surviving New Land

slideshow 18.03-20.03.21

Occidente

slideshow 18.03-20.03.21

Voyage en la terre autrement dite

slideshow 18.03-20.03.21

Pawòl sé van

slideshow 25.03-27.03.21

A Common Breath. On-site

camera_alt 10.03-03.04.21

Partie I: Foreground

EVENEMENT EN LIVE STREAMING SUR CETTE PAGE

PROGRAMME

10.03.21, 19:00

Live streaming du film Moune Ô (2021) de Maxime Jean-Baptiste suivie d'une discussion entre Maxime Jean-Baptiste et Malcolm Ferdinand.

Avec ce chapitre introductif, A Common Breath propose la rencontre de pratiques contribuant à un même écosystème de pensée et à la remise en question du maintien du regard colonial. Pour le film commissionné par La Loge, Maxime Jean-Baptiste poursuit les réflexions menées dans son film Nou Voix (2018) sur la mémoire coloniale de la diaspora guyanaise et la mise en scène des corps noirs. En réinterrogeant la représentation de cette histoire, son film Moune Ô invite à un changement de perspective sur le lien entre colonisation et extractivisme. Suite à la projection, la discussion entre l’artiste et le chercheur Malcom Ferdinand étend le sujet du film autour des problématiques de la double fracture, coloniale et environnementale.

Biographies

Maxime Jean-Baptiste est un cinéaste basé entre Bruxelles et Paris. Né et ayant vécu dans le contexte de la diaspora guyano-antillaise en France, d'une mère française et d'un père guyanais, son intérêt en tant qu'artiste est de sonder la complexité de l'histoire coloniale occidentale en détectant la survivance de traumatismes du passé dans le présent. Son travail audiovisuel et performatif se focalise sur l'archive et la forme du reenactment, comme une perspective afin de concevoir une mémoire vivante portée par les corps et les voix. Il est diplômé en Arts Visuels (BA) à l’erg/École de recherche graphique à Bruxelles et en Media Arts (MA) au K.A.S.K. School of arts à Gand, et était participant au programme SIC / SoundImageCulture (2018-19). Son travail audiovisuel a été montré au ISFF Oberhausen, Kasseler DokFest en Allemagne, , ISFF Clermont-Ferrand en France, Bamako Biennal au Mali parmi de nombreux autres festivals et centres d'arts. Son premier film Nou voix (2018) a reçu le Prix du Jury lors du Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris.

Malcom Ferdinand est ingénieur en environnement de University College London, docteur en philosophie politique de l’université Paris-Diderot et chercheur au CNRS (IRISSO/Université Paris-Dauphine). Situées au croisement de la philosophie politique, des théories postcoloniales et de l’écologie politique, ses recherches portent sur l’Atlantique Noir et principalement la Caraïbe. Il est l’auteur de Une écologie décoloniale. Penser l’écologie depuis le monde caribéen (Seuil, 2019), un ouvrage qui explore les relations entre les enjeux environnementaux contemporains à la lueur du passé colonial et esclavagiste de l’Occident.

Moune Ô de Maxime Jean-Baptiste sera ensuite visible dans l’installation à La Loge du 11 au 13 mars